• Tél. : 33 (0) 437 905 000
  • Français
  • English

FAQ

Quelques questions fréquemment posées par les salarié(e)s.

Si vous n’avez jamais eu de titre de séjour auparavant, ce premier récépissé ne vous permet pas de voyager. Si vous avez eu un récépissé dans le cadre d’une demande de renouvellement de titre de séjour, ce récépissé vous permet de voyager.
Si vous avez signé un contrat de travail français, vous devez vous affilier à l’Assurance maladie pour bénéficier d’une couverture sociale. Afin de vous enregistrer et selon votre lieu de naissance, une apostille ou une légalisation de votre acte de naissance peut être exigée. Par conséquent, cette authentification n’est pas nécessaire pour l’obtention d’une autorisation de travail ou d’un titre de séjour mais elle est obligatoire pour l’obtention de la carte vitale.
Non, il n’est pas possible de travailler dans un autre pays de l’Union Européenne sur la base d’une autorisation de travail délivrée par les autorités française. Chaque Etat de l’Union Européenne conserve sa souveraineté en matière de délivrance d’autorisation de travail. Il appartient donc à chaque Etat de se prononcer sur l’octroi d’une autorisation de travail dans un contexte national.
Oui- Si il/elle bénéficie de la procédure de famille accompagnante en fonction du processus d’immigration applicable au salarié. Il/Elle pourra travailler sur la base du visa long séjour de type ‘D’ délivré par le Consulat de France dans votre pays d’origine puis du titre de séjour qui sera délivré en France.
OUI- Dans la limite de 15 jours maximum et seulement pour du tourisme ou dans le cadre de voyage d’affaires (réunions, etc.)
Non, la délivrance d’une autorisation de travail ne suffit pas pour travailler en France, il faut en plus un visa long séjour de type ‘D’ délivré par le Consulat de France dans votre pays d’origine.
Oui pendant la première année de résidence en France si vous détenez également une traduction certifiée en français du permis de conduire. Pour continuer à conduire en France après une année de résidence, il faut un permis français, obtenu soit par échange soit en passant l’examen du permis de conduire français.
Non. Durant la première année de résidence en France, le permis de conduire international vous évite d’avoir à faire traduire le permis de conduire délivré dans votre pays d’origine. Après un an de résidence en France, la possession d’un permis de conduire français est le seul et unique document permettant de conduire légalement en France.