Catégories
Relocation & Co

France is about to implement professionnal immigration quotas

After a one-month parliamentary debate on professional and family immigration, and more generally on French migration policy, the Inter-ministerial Committee communicated on November 6th 2019 its « 20 decisions to improve the immigration, asylum and integration policy ».

These decisions (especially the 8th and the 10th!) give us some information about the future of  professional immigration and family reunification

What is the scope of the economic immigration quotas?

The French government’s proposal to introduce quotas or « quantified targets » for foreign workers is in response to the need to overcome recruitment difficulties in certain sectors of activity.

These open-ended quotas will apply exclusively to professional immigration.

The project also aims to update the list of « short-staffed jobs » for which employers experience recruitment difficulties. The list, established by an order of January 18th 2008, no longer corresponds to the reality of the labor market and must be updated.  

How and when are these open-ended quotas will be established?

A new statistical tool, designed to reliably assess the reality of the French labour market, must be developed. As a result of future discussions between the social partners and the regions, as well as studies carried out by DARES and the Pôle emploi, it will assess each year the skills needs on a sectoral and territorial basis. This will result in quotas for the recruitment of foreign workers, which will be discussed annually from 2020. 

The consular and prefectural authorities will receive proper guidance related to the quotas, so the policy for issuing visas and residence permits should be affected.

What about talent passports?

The Talent Passport policy is unlikely to be impacted for the next 5 years. Indeed, an audit is scheduled for around 2025 to assess France’s needs in terms of rare skills and qualifications. It is only at the end of this process that quantified, multi-year and perhaps sectoral targets for the issuance of talent passports will be set.

What about family reunification?

The open-ended quotas will only concern professional immigration and more specifically “jobs in tension”. Thus, the quotas process will not affect family reunification. This is because the government is considering the issue in terms of skills and not nationality.

As a conclusion, some reforms seem to be emerging in the field of professional immigration and family reunification.  We will keep you informed about the evolution of the situation and we are at your disposal if you need any further information!

SOURCES :

http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2019-2020/20200012.asp#P1850288

https://www.elysee.fr/admin/upload/default/0001/03/0090173c1bc9aaa87f21995ae3b88a55f1fda3d0.pdf

http://www.rfi.fr/france/20191105-france-va-instaurer-quotas-immigration-economique

https://www.senat.fr/seances/s201910/s20191009/s20191009008.html#orat52

http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2019-2020/20200012.asp#P1850288

https://www.gouvernement.fr/partage/11224-comite-interministeriel-sur-l-immigration-et-l-integration

https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2019/11/dossier_de_presse_-_comite_interministeriel_sur_limmigration_et_lintegration_-_06.11.2019.pdf

https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2019/11/dossier_de_presse_-_comite_interministeriel_sur_limmigration_et_lintegration_-_06.11.2019.pdf

https://www.gouvernement.fr/partage/11224-comite-interministeriel-sur-l-immigration-et-l-integration

https://www.gouvernement.fr/qu-est-ce-qu-un-gouvernement

https://www.linkedin.com/pulse/comment-assurer-lattractivit%C3%A9-de-la-france-par-jeremy-berthoux/

https://www.linkedin.com/pulse/r%C3%A9flexions-sur-lattractivit%C3%A9-de-la-france-jeremy-berthoux/

Catégories
Relocation & Co

La France va mettre en place des quotas pour l’immigration professionnelle

Après un débat parlementaire d’un mois relatif à l’immigration professionnelle, familiale, et plus généralement à la politique migratoire française, le Comité interministériel a communiqué le 06/11/2019 ses « 20 décisions pour améliorer notre politique d’immigration, d’asile et d’intégration ».

Ces décisions (notamment la 8e et la 10e !) nous apportent certaines informations relatives au futur de l’immigration professionnelle et du regroupement familial.

Les quotas d’immigration économique – quelle portée ? 

La proposition du gouvernement français d’instaurer des quotas ou « objectifs chiffrés » de travailleurs étrangers répond au besoin de pallier aux difficultés de recrutement dans certains secteurs d’activité.

Les quotas non limitatifs concerneront exclusivement l’immigration professionnelle.

Le projet vise également l’actualisation de la liste des « métiers en tension » pour lesquels on constate des difficultés de recrutement. La liste, établie par un arrêté du 18 janvier 2008, ne correspond plus à la réalité du marché de l’emploi et doit être actualisée.

Comment et quand ces quotas non limitatifs seront-ils établis ?

Un nouvel outil statistique, destiné à apprécier de manière fiable la réalité des tensions sur le marché du travail français doit être élaboré. Fruit de futures discussions entre partenaires sociaux et régions, ainsi que d’études menées par la DARES et le Pôle emploi, il évaluera chaque année de manière sectorielle et territoriale les besoins de compétences. Il aboutira à des quotas pour le recrutement de travailleurs étrangers qui seront débattus annuellement dès 2020. 

Aussi, dans la mesure où les autorités consulaires et préfectorales connaîtront ces quotas, la politique de délivrance des visas et titres de séjour devrait être impactée.

Et concernant les passeports talent ?

Pour sa part, la politique relative aux passeport talents ne devrait pas être impactée avant les 5 prochaines années. En effet, c’est un audit prévu aux alentours de l’année 2025 qui devra se prononcer sur les besoins de la France en termes de compétences et de qualifications rares. C’est seulement à l’issue de celui-ci que des objectifs chiffrés, pluriannuels et peut être sectoriels de délivrance de passeport talents pourront être fixés.

Et en termes de regroupement familial ?

Puisque les quotas non limitatifs concerneront uniquement l’immigration économique/professionnelle et plus spécifiquement les métiers en tension, le regroupement familial ne sera pas impacté par ce dispositif. En effet, le gouvernement réfléchit en terme de compétences et non pas de nationalité.

Ainsi, il semblerait que certaines reformes se profilent en matière d’immigration professionnelle ! Nous ne manquerons pas de vous informer de leurs impacts et restons bien entendu à votre entière disposition si toutefois vous avez plus de questions à ce sujet !

SOURCES :

http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2019-2020/20200012.asp#P1850288

https://www.elysee.fr/admin/upload/default/0001/03/0090173c1bc9aaa87f21995ae3b88a55f1fda3d0.pdf

http://www.rfi.fr/france/20191105-france-va-instaurer-quotas-immigration-economique

https://www.senat.fr/seances/s201910/s20191009/s20191009008.html#orat52

http://www.assemblee-nationale.fr/15/cri/2019-2020/20200012.asp#P1850288

https://www.gouvernement.fr/partage/11224-comite-interministeriel-sur-l-immigration-et-l-integration

https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2019/11/dossier_de_presse_-_comite_interministeriel_sur_limmigration_et_lintegration_-_06.11.2019.pdf

https://www.gouvernement.fr/sites/default/files/document/document/2019/11/dossier_de_presse_-_comite_interministeriel_sur_limmigration_et_lintegration_-_06.11.2019.pdf

https://www.gouvernement.fr/partage/11224-comite-interministeriel-sur-l-immigration-et-l-integration

https://www.gouvernement.fr/qu-est-ce-qu-un-gouvernement

https://www.linkedin.com/pulse/comment-assurer-lattractivit%C3%A9-de-la-france-par-jeremy-berthoux/

https://www.linkedin.com/pulse/r%C3%A9flexions-sur-lattractivit%C3%A9-de-la-france-jeremy-berthoux/

Catégories
Relocation & Co

BREXIT : British citizens procedure in case of a no deal

As when we published our previous news, Brexit is still highly uncertain in its outcome. Nevertheless, the future of British citizens has been clarified.

On October 17 2019, Brussels and London negotiated a new agreement. However, British MPs rejected the approval timetable which planned an accelerates examination of the deal by the British Parliament and the outcome of Brexit seems deferred again.

However, in order to anticipate a potential “no deal”, the French Government is offering new visibility to British citizens and their family (spouse, children and ascendants).

More specifically, the French Ministry of the Interior issued a press release on October 9th, 2019 announcing the creation of an platform enabling British Citizens and their family already residing in France upon Brexit to apply for a Residence Permit.

In terms of timelines:

British citizens’ right to residency will be maintained for one year following the date of Brexit.

In case of a no deal Brexit on October 31st (although current talks tend towards a further report), these maintained rights will start on November 1st 2019 and end on October 31st 2020. Beyond that date, a Resident Permit will be mandatory for British citizens over 18 (and between 16 and 18 to have the right to work in France).

British citizens will be granted a 6-month period starting on the actual date of Brexit (until April 30th 2020 as of today) to register online.

If a British citizen already holds a Resident Permit in France (including the “carte de resident permanent”), it will need to be exchanged for a new one within one year, starting on Brexit’s actual date. 

In terms of online process:

  • Fill-out the required information : length of previous stay in France, type of status in France
  • Upload the required documents applicable to this status
  • Once the online registration is complete, the applicant will receive an electronic file registration confirmation with a specific ID number
  • The file will then be instructed by the local Prefecture and once the instruction is over, the applicant will be notified for an in-person meeting to provide an ID photo, fingerprints, and pay a tax (the amount is unknown at this stage)
  • The permit is then sent for manufacturing, and the applicant will receive it directly by regular mail

Beware :  this online procedure has been created to anticipate a potential no deal. In case there is a deal, a different process may apply.

Therefore, even in case of a no deal Brexit, procedures seems quite simple. 

Uncertainties however remain regarding the timeline under which the Prefectures will notify in-person meetings.

Political impetus and administrative instructions given to the local Administrations by the Government will help our Immigration Department help you throughout this process!


Sources :

https://contacts-demarches.interieur.gouv.fr/brexit/brexit-demande-titre-sejour/

https://brexit.gouv.fr/sites/brexit/accueil/vous-etes-britannique/droit-au-sejour.htmlhttps://mobile.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Lancement-du-service-en-ligne-de-demande-de-titre-de-sejour-a-destination-des-ressortissants-britanniques-installes-en-France

https://mobile.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Lancement-du-service-en-ligne-de-demande-de-titre-de-sejour-a-destination-des-ressortissants-britanniques-installes-en-France

Catégories
Relocation & Co

Brexit : Quelles démarches pour les résidents britanniques en cas de no deal ?

Même si l’issue du Brexit n’est nullement plus évidente qu’à l’heure de nos news précédentes, l’avenir des ressortissants britanniques en France semble s’éclaircir.

Le 17 octobre 2019 Bruxelles et Londres ont présenté un nouvel accord mais le calendrier d’approbation qui en prévoyait un examen accéléré a été refusé par les députés britanniques et le dénouement de l’intrigue relative à la sortie du Royaume-Uni de l’UE semble donc reporté de nouveau.

Toutefois, dans l’objectif d’anticiper un potentiel « no deal », le gouvernement français offre une visibilité nouvelle aux ressortissants britanniques et aux membres de leur famille (conjoint, enfants et ascendants).

Concrètement, le Ministère de l’Intérieur a émis, le 9 octobre 2019, un communiqué de presse annonçant le lancement d’un service de demande de titre de séjour en ligne permettant aux ressortissants britanniques résidants en France antérieurement à la date du Brexit de débuter, en ligne, une demande de titre de séjour. 

Concernant le calendrier de la démarche :

Le droit au séjour et au travail est maintenu pendant un an à partir de la date effective de sortie du Royaume-Uni de l’UE.

En cas de sortie sans accord le 31 octobre (même si des discussions sont en cours et tendent au report de cette date), le maintien de ces droits commencera le 1er novembre 2019 pour se terminer le 31 octobre 2020. Au-delà, un titre de séjour sera obligatoire pour un adulte (il s’agit également d’une obligation pour les jeunes entre 16 et 18 ans s’ils souhaitent travailler en France).

Un délai de 6 mois à partir de la date effective de sortie du Royaume-Uni de l’UE (jusqu’au 30 Avril 2020 si aucun report n’est décidé) sera accordé pour permettre aux britanniques de déposer leur demande de titre de séjour

Si un britannique détenait déjà un titre de séjour en France (y compris la carte de résident permanent), celui-ci sera valide mais devra être échangé contre un nouveau titre de séjour sous un délai d’un an après la date officielle de Brexit.

La démarche s’effectue donc en ligne de la manière suivante :

  • Renseigner les différentes informations : délai de résidence, type d’activité en France
  • Télécharger les pièces requises conformément au statut applicable.
  • Une fois que l’enregistrement en ligne est fait, l’intéressé recevra une confirmation par mail avec le numéro d’enregistrement
  • La demande sera alors instruite par une Préfecture qui convoquera l’intéressé par la suite pour qu’il puisse donner ses empreintes, photos et s’acquitter d’une taxe (dont le montant reste à être déterminé)
  • Une fois fabriqué, le titre est envoyé par voie postale

Attention, cette procédure en ligne a été créée dans l’objectif d’anticiper un potentiel no deal. Si toutefois un deal était convenu, une procédure différente s’appliquerait.

La démarche semble donc être assez simple, même dans l’hypothèse d’un contexte de sortie sans accord.

Néanmoins, une incertitude demeure quant au traitement réel des dossiers par les Préfectures concernant le délai de convocation visant à finaliser la demande de titre de séjour.

L’impulsion politique et les instructions données à l’administration locale par le Gouvernement nous aiguillerons prochainement sur ces différents aspects et permettrons à notre département Immigration de vous accompagner dans cette démarche!


Sources :

https://contacts-demarches.interieur.gouv.fr/brexit/brexit-demande-titre-sejour/

https://brexit.gouv.fr/sites/brexit/accueil/vous-etes-britannique/droit-au-sejour.html

https://mobile.interieur.gouv.fr/Actualites/Communiques/Lancement-du-service-en-ligne-de-demande-de-titre-de-sejour-a-destination-des-ressortissants-britanniques-installes-en-France

Catégories
Relocation & Co

The latest measures about secondment in France

The decree of June 4 2019 applies the law « for the freedom to choose one’s professional future » of September 2018 and pursues a dual aim of maintaining France’s attractiveness while strengthening the fight against illegal work.

More favorable conditions to enhance the appeal

The Decree is part of a desire to simplify procedures in order to make secondment to France more attractive, in particular by simplifying the appointment of the employer’s representative, which is now done directly in the secondment declaration and no longer by a specific document.

In addition, the Decree introduces a certain administrative flexibility, which is favorable to employers.

For example, some activities are exempt from providing a prior declaration of secondment or appointing a representative (artists, sportsmen, apprentices on temporary mobility in a company in France).  In the event of a one-off secondment (« short-term service or one-off event ») or « for its own account », without a contract between the host entity in France and the secondment, the host entity now has 15 days to submit any document required by the Labor Inspectorate.

The same period of 15 days shall be granted to the recipient of the secondment in the event of an inspection to submit his observations to the Labor Inspectorate.

Strenghtened controls to outline a fraud-prone practice 

Secondment remains one of the most fraud-prone procedures. Its monitoring is therefore at the top of the Labor Inspectorate’s priorities for 2019. To remedy this, sanctions for non-compliance are increased.

For example, the obligations on the identification of the parties to the service contract in France have been strengthened since July 1 The new requirements concern greater accuracy of reporting elements (contact details, identity information, etc.)

While a large part of the measures concern the construction sector (the most secondment heavy sector in France), others, which are broader, affect all sectors. The communication prerogatives of Labor Inspectors are thus accentuated, in order to make it easier for them to communicate to third parties (suppliers, customers, administrations) the documents and information acquired during an investigation for illegal work.

The Inspector’s injunction power is also extended to breaches of the rules of secondment.

As from the receipt of the injunction, the payment of the fines is due. In the event of non-payment, a temporary ban (for a maximum of two months) on the use of secondment can apply.

Finally, since July 1 2019, the limitation period for recovery proceedings has been extended to five years from the date of notification of the collection order.

You can contact the Immigration Department of Home Conseil Relocation for your needs around secondment to France.

Catégories
Relocation & Co

Les dernières mesures sur le détachement en France

Le décret du 4 juin 2019, applique la loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » de septembre 2018 et, poursuit un double but de conserver l’attractivité de la France tout en renforçant la lutte contre le travail illégal.

Des conditions plus favorables renforçant l’attractivité

Le Décret s’inscrit dans une volonté de simplification des démarches afin de rendre plus attractif le détachement vers la France, notamment en simplifiant la désignation du représentant de l’employeur qui se fait désormais directement dans la déclaration de détachement et non plus par un document spécifique.

De plus, le Décret instaure une certaine souplesse administrative, favorable aux employeurs.

Ainsi, certaines activités sont dispensées de fournir une déclaration préalable de détachement ou de désigner un représentant (artistes, sportifs, apprentis en mobilité temporaire dans une entreprise en France).  En cas de détachement ponctuel (« prestation de courte durée ou événement ponctuel ») ou « pour son propre compte », sans contrat liant l’entité d’accueil en France et le détaché, l’entité d’accueil dispose désormais de 15 jours pour présenter tout document requis par l’Inspection du Travail.

Un même délai de 15 jours est octroyé au destinataire du détachement en cas de contrôle pour présenter ses observations à l’Inspection du travail.

Un contrôle renforcé encadrant une pratique propice aux fraudes

Le détachement demeure l’une des procédures les plus sujettes à la fraude. Son contrôle figure donc en tête des priorités de l’Inspection du travail pour 2019. Pour y remédier, les sanctions en cas de manquement sont alourdies.

Par exemple, les obligations sur l’identification des parties au contrat de prestation en France sont renforcées depuis le 1er juillet 2019. Les nouvelles exigences portent sur une plus grande précision des éléments déclaratifs (coordonnées, informations d’identité, etc.)

Si une grande partie des mesures concerne le secteur du bâtiment (ayant le plus recours au détachement), d’autres, plus larges, touchent tous les secteurs. Les prérogatives en termes de communication des Inspecteurs du Travail sont ainsi accentuées, afin de leur permettre de communiquer plus facilement auprès des tiers (fournisseurs, clients, Administrations) les documents et informations acquis au cours d’une enquête pour travail illégal.

L’Inspecteur voit également son pouvoir d’injonction étendu aux manquements aux règles du détachement.

A compter de la réception de l’injonction le paiement des amendes est dû. En cas de non-paiement, une interdiction temporaire (de deux mois maximum) de recours au détachement peut être prononcée.

Enfin, la prescription de l’action en recouvrement est, depuis le 1er juillet 2019, portée à cinq ans à compter de la date de notification du titre de perception.

Vous pouvez solliciter le Département Immigration de Home Conseil Relocation pour vos besoins autour des détachements vers la France.

Catégories
Relocation & Co

Is rent control coming back?

Implemented by the ALUR law in 2015 in Paris and Lille, and then cancelled by the courts in 2017, the rent control system has been put in effect once again in Paris since July 1st, 2019.

A reintroduction made possible by the Elan law and Decree n° 2019-315 of April 12th 2019, which allows cities located in tense areas to apply the system on an experimental basis for a period of five years and on a voluntary basis, on a municipality by municipality basis.

This framework consists in limiting the rents of leases signed as of July 1st 2019 to a maximum range of 20% above a reference rent, fixed by district and depending on the date of construction of the building, the size of the property, and its furnished or unfurnished nature.

Recalcitrant landlords who do not specify the reference rent in the rental contract will incur a fine of up to €5,000 for a natural person and up to €15,000 for a legal entity.

While this measure had proved its effectiveness between 2015 and 2017 by limiting the increase in Parisian rents to 1% (compared to 50% between 2005 and 2015), it was quickly cancelled by the Administrative Courts of Lille on October 17th 2017 and of Paris on November 28th 2017.

The same professional real estate associations (Union des syndicats de l’immobilier and Union nationale de la propriété immobilière being in the forefront) have already attacked the Decree of April 12th 2019 before the Conseil d’Etat on June 12th and intend to intensify their actions against the prefectoral orders fixing the reference values.

It is therefore questionable whether the measure will last and its effect on the property rental market, even if the Relocation Department of Home Conseil Relocation supervises its application.

Catégories
Relocation & Co

L’encadrement des loyers de retour ?

Mis en place en par la loi ALUR en 2015 à Paris et Lille puis annulé par la justice en 2017, le dispositif d’encadrement des loyers est, depuis le 1er Juillet 2019, à nouveau en force à Paris.

Une réintroduction rendue possible par la Loi Elan et le Décret n° 2019-315 du 12 Avril 2019, qui permet aux villes situées en zone tendue d’appliquer le dispositif à titre expérimental pour une durée de cinq ans et sur la base du volontariat, commune par commune.

Cet encadrement consiste à limiter les loyers des baux signés à compter du 1er Juillet 2019 à une fourchette de 20% maximum au-delà d’un loyer de référence, fixé par quartier et fonction de la date de construction de l’immeuble, la taille du bien, et son caractère meublé ou non.

Les bailleurs récalcitrants qui ne préciseront pas le loyer de référence dans le contrat de location encourront jusqu’à 5 000 euros d’amende pour une personne physique et jusqu’à 15 000 euros pour une personne morale.

Si cette mesure avait prouvé, entre 2015 et 2017, son efficacité en limitant la hausse des loyers parisiens à 1% (contre 50% entre 2005 et 2015), elle avait rapidement été annulée par les Tribunaux administratifs de Lille le 17 Octobre 2017 puis de Paris le 28 Novembre 2017.

Les mêmes associations professionnelles immobilières (Union des syndicats de l’immobilier et Union nationale de la propriété immobilière en tête) ont d’ores et déjà attaqué le 12 Juin dernier devant le Conseil d’Etat le Décret du 12 Avril 2019 et comptent multiplier les actions contre les arrêtés préfectoraux fixant les valeurs de référence.

On peut dès lors s’interroger sur la pérennité de la mesure et son effet sur le marché de la location immobilière même si le Département Relocation de Home Conseil Relocation veille à son application.

Catégories
Relocation & Co

Unexpected difficulties for expatriates returning to France in obtaining health coverage

Expatriates of French nationality returning to France as employees have their Social Security rights active and retroactive from their first day of employment.

Problems arise for their spouses and adult children (minor children are directly dependent on the worker’s coverage): since the Protection Universelle Maladie (PUMa – Universal Health Protection) reform, the French Healthcare System Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM – Primary Health Insurance Fund) requires that European nationals and French nationals returning from expatriation provide proof of residence for three consecutive months in France in order to be eligible for French Social Security coverage.

Although we systematically advise our clients to take out private insurance covering their family until they are fully affiliated with CPAM, this is a partial solution.

In fact, these coverages do not cover their family members of French nationality because it is impossible for private insurance companies in France to insure a French national before he or she is reintegrated into the general Social Security system.

However, it is possible to avoid this problem, as long as it is anticipated well in advance.

What is the solution to avoid this problem?

Indeed, a solution exists to avoid this problem but it requires addressing the issue of returning to France before leaving on expatriation:

It is essential to contact the Caisse des Français à l’Etranger (CFE –
Fund for French Nationals Abroad) before the expatriation and to take the necessary measures to inform it of the expatriation. The expatriate and his/her family must also declare their departure to the CPAM and return the family’s « Cartes Vitale », to allow the CFE to take over. These elements are also part of the Expatriation Checklist, which precedes any outbound support from Home Conseil Relocation.

for French Nationals Abroad) before the expatriation and to take the necessary measures to inform it of the expatriation. The expatriate and his/her family must also declare their departure to the CPAM and return the family’s « Cartes Vitale », to allow the CFE to take over. These elements are also part of the Expatriation Checklist, which precedes any outbound support from Home Conseil Relocation.

Then, after their return to France, the family must inform the CFE of their return, and request coverage for three months in France until the family can start the process for the reactivation of their Social Security rights.

What if the family has already expatriated and has not informed the CFE?

If the family has not made the necessary arrangements before leaving abroad with the CFE, it is not possible for the spouse or adult children to subscribe to the CFE’s three-month temporary coverage after their return to France.

In this case, the only possible solution to benefit from health coverage during this three-months period is to subscribe to an insurance policy abroad covering the spouse and adult children in France.

Do not hesitate to contact us for more information on these topics!

Sources :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=DA8155C2DFE42CE287DA6B92E32324E4.tplgfr42s_1?idArticle=LEGIARTI000033712581&cidTexte=LEGITEXT000006073189&categorieLien=id&dateTexte=

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=DA8155C2DFE42CE287DA6B92E32324E4.tplgfr42s_1?idSectionTA=LEGISCTA000006156079&cidTexte=LEGITEXT000006073189&dateTexte=20190418

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031663208&categorieLien=id

https://www.legifrance.gouv.fr/affichLoiPreparation.do?idDocument=JORFDOLE000037485357&type=general&typeLoi=proj&legislature=15

Catégories
Relocation & Co

Les difficultés inattendues des expatriés de retour en France pour obtenir une couverture santé

Les expatriés de nationalité française de retour en France en tant que travailleurs salariés, ont leurs droits de sécurité sociale actifs et rétroactifs à partir du 1er jour du contrat de travail.

Des problèmes se posent pour leur conjoint et les enfants majeurs (les enfants mineurs dépendant directement de la couverture du travailleur) : depuis la réforme PUMa (la Protection Universelle Maladie), la Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) exige que les ressortissants européens et les français revenant d’expatriation fournissent une preuve de résidence pendant trois mois consécutifs en France pour pouvoir être affiliés à la Sécurité Sociale française.

Même si nous conseillons systématiquement à nos clients de souscrire des assurances privées couvrant leur famille jusqu’à leur affiliation complète à la CPAM, il s’agit d’une solution partielle.

En effet, ces couvertures ne prennent pas en charge les membres de leur famille de nationalité française car il est impossible pour les compagnies d’assurance privées en France d’assurer un ressortissant français avant qu’il ne soit réintégré dans le système général de Sécurité Sociale.

Cependant, il est possible d’éviter ce problème, du moment qu’il est anticipé assez en amont.

Quelle solution pour éviter ce problème ?

En effet, une solution existe pour éviter ce problème mais elle nécessite de se pencher sur la question du retour en France avant le départ en expatriation :

Il est indispensable de contacter la Caisse des Français à l’Etranger (CFE) avant l’expatriation et de prendre les mesures nécessaires pour l’informer de l’expatriation. L’expatrié et sa famille doivent également déclarer leur départ à la CPAM et restituer les cartes vitales de la famille, pour permettre à la CFE de prendre le relais. Ces éléments font d’ailleurs partie de la Checklist Expatriation qui précède tout accompagnement de Home Conseil Relocation de la France vers l’étranger.

Ensuite, après son retour en France, la famille doit informer la CFE de son retour, et demander une couverture de trois mois en France jusqu’à ce que la famille puisse commencer le processus pour la réactivation de ses droits à la Sécurité Sociale.

Que faire si la famille s’est déjà expatriée et n’en a pas informé la CFE ?

Si la famille n’a pas pris les dispositions nécessaires avant son départ à l’étranger avec la CFE, il n’est pas possible pour le conjoint ou les enfants majeurs de souscrire à la couverture temporaire de trois mois de la CFE après son retour en France.

Dans ce cas, la seule solution envisageable pour bénéficier d’une couverture santé est de souscrire à une police d’assurance à l’étranger couvrant en France le conjoint et les enfants majeurs pendant cette période.

N’hésitez pas à nous contacter pour plus d’informations sur ces sujets !

Source :

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=DA8155C2DFE42CE287DA6B92E32324E4.tplgfr42s_1?idArticle=LEGIARTI000033712581&cidTexte=LEGITEXT000006073189&categorieLien=id&dateTexte=

https://www.legifrance.gouv.fr/affichCode.do;jsessionid=DA8155C2DFE42CE287DA6B92E32324E4.tplgfr42s_1?idSectionTA=LEGISCTA000006156079&cidTexte=LEGITEXT000006073189&dateTexte=20190418

https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000031663208&categorieLien=id

https://www.legifrance.gouv.fr/affichLoiPreparation.do?idDocument=JORFDOLE000037485357&type=general&typeLoi=proj&legislature=15

Catégories
Relocation & Co

Retour sur la loi « Asile-Immigration »

Si nous vous annoncions que la loi dite « Asile-Immigration » aurait un fort impact sur les procédures d’immigration professionnelle, il faut aujourd’hui se pencher sur son application pour en saisir toute la portée.

En effet, celle-ci a vu l’ensemble de ses décrets d’application publiés et, depuis le 1er Mars 2019.

Outre la suppression du Titre d’Identité Républicain (TIR) qui est à présent replacé par le Document de Circulation d’Enfant Mineur (DCEM), sans distinction basée sur le lieu de naissance des mineurs étrangers, notre analyse révèle une portée à la fois positive et négative sur les différents statuts d’immigration professionnelle :

L’attractivité renforcée du statut de Passeports Talents

Ce statut présentant jusqu’alors la contrainte d’empêcher les sorties de France entre l’expiration du Visa de travail et l’édition du Titre de Séjour.

Depuis le 1er Mars 2019, une Autorisation Provisoire de Séjour (APS) de 6 mois sera délivrée automatiquement dans l’attente d’un titre de séjour.

Les titulaires de Passeports Talent peuvent donc désormais voyager dès leur arrivée en France.

La création d’un « gap » pour les étudiants fraîchement diplômés

A l’inverse, les titulaires d’une carte de séjour « étudiant », bénéficiant jusqu’alors de l’APS, délivrée dans l’attente du Changement de statut et permettant une continuité dans l’employabilité, doivent désormais obtenir, suite à l’obtention de leur diplôme en France, une carte de séjour mention « recherche d’emploi ou création d’entreprise » valide 12 mois et non-renouvelable.

Les délais administratifs seront donc un frein à l’employabilité des étudiants étrangers fraîchement diplômés, entraînant une période pendant laquelle l’étudiant ne pourra potentiellement pas travailler, dans l’attente de la délivrance de cette carte de séjour.

Cependant, ce titre sera également applicable aux étudiants ayant obtenu en France un diplôme du niveau de Master ou équivalent, ayant quitté la France et souhaitant y revenir, dans les 4 ans après l’obtention, même si se pose la question de l’opportunité de déposer cette demande auprès du Consulat compétent.

N’hésitez pas à contacter notre Département Immigration pour les demandes concernant ces catégories de personnes impactées !

Sources :

Article L313-6 du CESEDA

Instruction INTV1906328J du 28 février 2019

Article R311-10 du CESEDA

Catégories
Relocation & Co

Focus on the “Asylum-Immigration“ law

As explained in a previous piece of news, the so-called « Asylum-Immigration » law had a strong impact on professional immigration procedures. Let’s now delve into its application in order to understand all of its implications.

Indeed, all of its implementing decrees have been published by March 1st, 2019.

Besides the replacement of the Republican Identity Document (Titre d’Identité Républicain – TIR) by the Minor Child Circulation Document (Document de Circulation d’Enfant Mineur – DCEM), erasing any distinction based on the place of birth for foreign minors, our analysis reveals both a positive and negative impact on the different professional immigration statuses:

The increased attractiveness of the Talent Passport status

Until now, this status has imposed the constraint of preventing assignees from travelling outside of France between the expiry of their work visa and the issuance of their Resident Permit.

Since March 1st, 2019, a Provisional Residence Permit (APS), valid for 6 months is automatically issued, pending the issuance of the Resident permit.

Talent Passport holders can therefore now travel as soon as they arrive in France.

The creation of a « gap » for newly graduated students

On the other hand, holders of a student Resident Permit, previously benefiting from the APS issued pending the Change of Status and allowing continuity in their ability to be employed, must now obtain, following their diploma in France, a non-renewable residence permit mentioning « job search or business creation » valid for 12 months.

Administrative delays will therefore hinder the employability of freshly graduated foreign students, leading to a period during which the student may not be able to work, pending the issuance of this Resident Permit.

Nonetheless, this title will also be applicable to students who have obtained a Master’s degree or equivalent in France, have left the country and wish to return within 4 years of obtaining it, even if the question arises as to whether it is appropriate to submit this application to the competent Consulate.

Do not hesitate to contact our Immigration Department for requests concerning these categories of people affected!

Sources :

Article L313-6 du CESEDA

Instruction INTV1906328J of 28 February 2019

Article R311-10 du CESEDA